20090806_63

Le garage

Ne disposant pas de remise pour tout le matériel dont nous avions besoin nous avons acquit, en 1995 (à vérifier), la parcelle située en face de la maison et avons transformé en garage la salle de traite de l’ancien propriétaire, Guy Parisot. Nous avons aussi planté ici autour un verger où l’on trouve un cerisier, deux mirabelliers, un cognassier, un néflier et deux noisetiers ainsi que des ronces sans épines qui portent de succulentes mures appréciées particulièrement des enfants.

Pour l’ornement, il y a un érable champêtre, pour masquer les nouveaux hangars agricoles, et quelques buissons : forsythia, lilas, spirée, rosiers entre autres.

Devant l’entrée du garage nous nous somme réservé une zone de "couarail", avec table et chaises de jardin, entouré d’un buisson-nichoir pour les oiseaux et d’un seringa pour son parfum.

A l’arrière du garage des lilas masquent les deux composteurs et le dépôt de matériaux de construction avec le sable.

La photo des trois cabalerros Achille, Carla et Diégo, prise il y a une quinzaine d’année, nous rappelle l’excellent souvenir de leur amitié, quasi fusionnelle, lors de leur vacance ici.

On trouve dans ce garage en plus de la voiture, une dizaine vélos, le vélomoteur du Nono, le motoculteur, alias tractosaure, sa remorque et ses outils, le broyeur de petits branchages, la moto-tondeuse, le débroussailleur à fil, et différents outils dont une faux et une pioche, ainsi qu’une barre à mine et un palan qui m’ont été très utiles les premières années.

La cuisine d’été, avec son buffet bas, n’est qu’ébauchée mais l’évier double bac est déjà utilisable, surtout pour offrir un verre aux visiteurs en été.

Un détecteur de présence intérieur est relié, par radio, à la chambre sur rue de la maison qui lui fait face pour prendre des photos en cas de besoin.

Le détecteur de présence extérieur sert à l’allumage de la façade dès la tombée de la nuit.