Le mariage d’Alexandre et de Véra

C’était en octobre 1993.

Ils allaient se marier ici, dans la campagne d’Alexandre où il connaissait tout le monde, et Véra allait le suivre, mais elle y apportait sa touche ; le repas se déroulerait en plein champ sous un chapiteau. Il n’y avait pas encore de salle des fêtes à Mauvages. Le terrain en face de la maison

était là rien ne semblait donc contrarier ce projet. Ils s’uniraient au milieu du désert sous la tente du chef de la caravane familiale, au milieu des tapis d’orient. Les amis en prendraient plein les yeux.

Juste la veille de son arrivé le forain qui devait installer le chapiteau se décommande suite à une panne mécanique irréparable. Pas de panique Christiane demande à son ami André Droitcourt, maire de Gondrecourt le Château, une partie de sa salle de sport ce qui lui est accordé sur le champ. Mais Véra ne l’entend pas de cette oreille. Elle tient mordicus à son chapiteau.

Il ne nous reste plus que l’internet. Alors il semble que tout s’arrange puisqu’un vosgien se dit prêt à relever le défi. Il promet d’être ici à cinq heures du matin, et nous assure que le chapiteau, de bonne taille, sera monté avant midi.

Comment le croire puisqu’il disait que son équipe viendrait de Raon-Létape, à plus de cent kilomètres d’ici.

Comme rien n’est impossible nous avons attendu toute la nuit. Nous étions quand même très angoissés.

Au petit matin le premier guetteur est venu nous dire qu’ils étaient là. Tout le monde les voyait dans la nuit noire, déballer en plein champ, leur matériel à la lueur des phares de leurs 4x4.

Pari tenu et l’après midi le premier adjoint de Christiane, Guy Parisot, les a marié comme prévu.